HONTE A LA MAIRIE DE BEZONS

La Mairie de Bezons vient de nous informer que la commémoration de l’appel du 18 juin que nous organisons depuis 2008 et qu’elle n’a jamais organisée ne pourra pas avoir lieu square Yves Morel au monument aux morts pour raison de travaux…

Les barrières installées ces derniers jours en sont la preuve…

J’ai informé monsieur le Ministre Jacques Godfrain , President de la fondation Charles de Gaulle hier soir de la situation qui a annulé sa venue avec regrets .

En conséquence je m’indigne des méthodes utilisées par la mairie de bezons pour empêcher une commémoration aussi importante pour la République .

J’en conteste les raisons invoquées, les images parlent.

En ce 75eme anniversaire de l’Appel du 18 juin, je laisse les Bezonnais apprécier !

11425233_1604164856505544_6348047219413512912_n

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

JOUR 5 DE L’OPERATION MAINS PROPRES

Chers amis,

Je sais que vous êtes nombreux à lire ces lignes et vous remercie de vos nombreux témoignages d’amitiés et de soutien. En ce jour de mon anniversaire, je suis très heureux de constater que mes craintes étaient les bonnes ! Des craintes, non pas pour moi, mais pour les Bezonnais !!!

Je parlais hier d’influence du « cabinet noir », il s’est démasqué aujourd’hui par la révélation du soutien de Georges Mothron à Mme Heyman !!! Quelle ingérence ! Les autres membres de ce groupe de « division » ont sans doute été heureux d’apprendre qu’ils servaient des intérêts qui ne sont pas les nôtres. De ce point de vue, le ratachement aux Yvelines est une bonne nouvelle, Bezons ne doit plus servir de marchepied des argenteuillais pour les législatives… Rappelons-nous de 1995… Jamais Georges Mothron n’a encouragé l’union de la Droite à Bezons, au contraire il a toujours voulu la diviser pour ne pas avoir « d’ombrage » ! Mais de quel ombrage parle-t-on… Sommes-nous ici pour défendre les intérêts des Bezonnais ou pour défendre une candidature argenteuillaise à la députation ? Quel scandale !

L’heure est grave ! Comme depuis presque 10 ans maintenant, je serai garant de la défense de Bezons. Je serai garant de la bonne intégration de notre ville dans l’intercommunalité des Yvelines. La politique argenteuillaise ne doit pas s’inviter chez nous. Notre avenir est vers Houilles et les Yvelines !

La gestion calamiteuse de Bezons et l’ingérence d’Argenteuil doivent cesser. J’invite toutes celles et tous ceux qui souhaitent un débat politique digne, honnête et indépendant à venir demain à 19h30 à la Salle Karl Marx. Aujourd’hui, les masques sont tombés et je suis fier d’avoir démasqué cette manipulation indigne.

Mobilisons-nous autour des véritables intérêts des Bezonnais avec une équipe compétente, ouverte, digne et rassemblée comme nous l’avions mis en avant en 2014. Cette division est stérile, les motivations de celles-ci n’en sont que l’évidence ! Même si ce ne sera pas facile, je tiens à assurer l’ensemble des personnes qui se sont senties instrumentalisées, manipulées dans cette histoire et qui ont pu être éclairées par la lecture de mon site de cette semaine, que, comme je l’ai toujours fait, je serai à leur écoute pour continuer sereinement nos travaux dans une dynamique nouvelle, avec de nouvelles instances élues pour notre association, et avec un vrai travail de fond !

Ne cédons pas aux ambitions personnelles du maire d’Argenteuil ! Restons unis et fiers d’être Bezonnais. Nombreux d’entre vous ont mes coordonnées, vous pouvez sinon contacter Alain ou mon mail : agirpourbezons@gmail.com.

A mes amis Portugais, un dernier petit message. M’est remonté votre tristesse de ne pas m’avoir vu à Braga cet été. La semaine du 18 aout, je me défendais au Tribunal de Pontoise pour Bezons quand j’aurais du être en vacances avec vous ! Mais cette année, tout devient possible.

En attendant, réservez vos agendas pour le 18 juin, nous attendons un ministre et nous pourrons commémorer l’Appel du Général de Gaulle pour la 8ème fois !

A demain, amitiés. Olivier

Publié dans EDITOS | Laisser un commentaire

JOUR 4 DE L’OPERATION MAINS PROPRES

« Un débat d’idées vaut mieux qu’une querelle de personnes »

QUESTION DU JOUR : COMMENT GAGNER LA MAIRIE DE BEZONS ?

Tout d’abord, nous ne pouvons gagner qu’en rassemblant notre camp, ce que j’ai toujours fait depuis 2007.

Ensuite, il s’agit d’apporter l’action militante et combattante qui s’impose.

Enfin, il faut composer une équipe diverse mais solidaire pour se présenter devant les électeurs avec un projet crédible.

Prenons un peu de hauteur, les grands combats de la mandature 2008-2014 et de la mandature actuelle sont de :

  • lutter contre la dépense inutile (nouvelle mairie…) en déposant des recours, en manifestant et surtout en restant positif et constructif.
  • lutter contre la fraude et l’injustice sociale : attribution du logement du maire, recours devant le Tribunal Administratif, recours devant le Conseil d’Etat avec le service des meilleurs avocats.
  • Lutter contre le racisme et l’antisémitisme : en boycottant le conseil municipal qui faisait citoyen d’honneur un terroriste et faire condamner la Mairie de Bezons, ce qui a été fait en décembre 2014.
  • Ouvrir et maintenir un local de permanence
  • Enfin faire le tri entre ceux qui hurlent avec les loups et ceux qui travaillent en silence

J’ai souvent entendu « Ils sont trop forts, ils vont encore gagner »… chercher l’auteure !

Sur le fond et sur les idées, ayant fait publier des dizaines de documents, de tracts et de journaux à mes frais, je sais combien j’ai été souvent, avec un tout petit groupe, producteur des rédactions, des recours, et au risque de faire de la peine à celles et ceux qui me diffament et qui me calomnies, je ne leur fais en aucun cas confiance pour garantir le rassemblement, et la production de fond qui s’imposent.

Ayant mené la charge souvent seul contre les communistes, je ne m’attendais pas à le faire contre un petit groupe téléguidé par « je ne sais qui » mais certainement influencé par un cabinet noir qui souhaite aider les communistes à rester au pouvoir. Cela ressemble étrangement au pourrissement politique de notre agglomération. Et pour cela, je me réjouis d’être le seul conseiller communautaire d’opposition qui siègera en janvier prochain dans la nouvelle agglomération.

Que pouvons-nous gagner, nous Bezonnais du pourrissement politique qui détruit petit à petit notre agglomération ? Je ne cherche même plus les responsabilités, je me préoccupe uniquement d’œuvrer pour l’intérêt général.

Dans cette nouvelle agglomération, le jeu politique stérile, je dirais même couteux que nous subissons, n’apportant qu’appauvrissement, destruction et faillite, n’existera plus. Je saurais le moment venu rappeler dans cette circonscription ce qu’est l’intérêt général et non l’intérêt partisan.

Pour faire avancer un territoire, il faut souvent avancer ensemble et de façon solidaire. Je devine donc d’où vient l’inspiration de division de Mme Heyman.

Depuis 2008, je porte cette charge à tous les Conseils municipaux ! Sur le fond (devant analyser et apporter quasiment l’ensemble des idées) et sur la forme (orale ou écrite). Je n’ai jamais bougé, j’ai toujours assumé cette responsabilité. Je rappelle que pour que les « talents » s’expriment, j’ai laissé la Présidence de mon groupe offrant la possibilité de conserver un groupe d’opposition unique.

La démocratie, oui, la chianlie, non !

Je n’ai pas été entendu malgré l’ensemble des médiations de Jérôme Ragenard. Je rappellerai vendredi qu’il est encore temps d’éviter de faire 3 listes comme en 2008 lorsque mes prédécesseurs s’étaient autant divisés… La somme des trois listes n’avait pas dépassé 37%.

Nous devons aux 2990 électeurs, unité, travail et respect. Il est temps de siffler la fin de la récréation !

Publié dans EDITOS | 3 commentaires

JOUR 3 DE L’OPERATION MAINS PROPRES

Je mets entre parenthèses ces quelques lignes qui ne concerne pas Bezons mais qui vous permettent de mieux comprendre mon engagement pour les collectivités locales. J’ai été élu aujourd’hui Président du Comité de Gestion du FORUM pour la Gestion des Villes et des Collectivités Territoriales. Cette élection lors du congrès, devant 250 élus et décideurs locaux, m’a beaucoup touché et après 11 ans de travail, elle me réconforte dans l’idée que mon action peut être utile pour la gouvernance publique.

Je vous invite à lire mon livre « Pour en finir vraiment avec le mille-feuille territorial » (ed l’Archipel) qui est sorti il y a quelques semaines. Pour ce livre, j’ai choisi que mes droit d’auteur soient intégralement reversés à l’association.

En refermant cette parenthèse, il est très facile de répondre à ceux qui évoquent un potentiel engagement politique en dehors de Bezons. Oui, j’ai reçu plusieurs propositions pour rejoindre d’autres territoires par des élus qui voyaient en moi une relève possible et des qualités pour les aider à gérer des territoires : Sannois, Auvers-sur-Oise ou encore en Aveyron… Ma réponse a toujours été claire, je suis à Bezons et je me battrais pour faire tomber les communistes.

Comme moi vous savez que pour être candidat dans une ville, il faut y payer un impôt et y être domicilié avant le 31 décembre qui précède l’élection. Je mets au défi tous mes détracteurs d’apporter une seule preuve de mon engagement dans une autre ville ! Un article de journal ne relaie parfois qu’une rumeur qui arrangeait bien dans ce cas la majorité socialo-communiste de Bezons. L’histoire m’a donné raison. Je me bats pour Bezons.

QUESTION DU JOUR : COMBIEN M’A COUTE MON ENGAGEMENT A BEZONS ?

Voici ce soir, quelques éléments sur le coût de mon engagement politique contre la majorité municipale actuelle.

Dans la mandature précédente, celle où mes détracteurs étaient absents, j’ai supporté :

18500€ par an de location de permanence

1200 € par an d’électricité

600 € par an d’assurance

250 € par an de dépôt de gerbes

A cela il faut ajouter le coût des recours contre la nouvelle mairie, le parc Bettencourt, la diffamation, le Tribunal Administratif, le Conseil d’Etat, les dégradations de mon habitation… soit environ 20000€

Alors, ma citation du jour sera : « la critique est facile, l’art est difficile ».

Je suis un bénévole de la politique. Et j’assume pleinement à partir de mon travail l’action que je mène à Bezons. C’est pour cette raison, n’ayant pas été entendu par mes détracteurs, que je vous livre ces informations et que je serai présent vendredi pour que vous puissiez face aux critiques qui me sont faites cette fois-ci publiquement écouter mes réponses et la vérité.

Ma disponibilité et mon écoute m’ont permis aussi lorsque l’un des nôtres, Franck Le Flem, a connu des difficultés, d’être à ses côtes pour le soutenir mais aussi pour lui racheter sa cave de vieillissement dont il était si heureux qui je puisse lui reprendre 1500€ avant sa liquidation pour l’aider. Dans la vie, il y a les paroles et il y a les actes. Chacun appréciera. Mon cher Franck, je ne t’ai jamais trahi, à toi de t’expliquer vendredi.

Publié dans EDITOS | 1 commentaire

JOUR 2 DE L’OPERATION MAINS PROPRES

George Pompidou disait : « Occupez-vous de mes ennemis, je m’occupe de mes amis ».

Tout d’abord, je tiens à vous confirmer du soutien des instances départementales des « Républicains » concernant mon travail à Bezons. Je remercie Axel Poniatowski, le Président de la fédération, qui a rappelé à Evelyne Heyman lors d’un récent entretien que j’étais le représentant du parti « Les Républicains » à Bezons. Je rappelle aussi que je suis le Secrétaire départemental adjoint de ce parti pour le Val d’Oise.

Je tiens à les remercier de ce soutien et de cette reconnaissance concernant mon travail de fond depuis 2007 et mon action dans notre territoire difficile de Bezons. Nous devons être fiers de nos 41% et nous efforcer à les faire grandir et non les diviser !

AUJOURD’HUI : QU’EN EST-IL DES COMPTES DE L’ASSOCIATION AGIR POUR BEZONS ?

Une description rapide vous permettra de les comprendre…

A ce jour, les recettes enregistrées au compte LCL Association s’élèvent à 1688 € de dons, cotisations et recettes de la foire (178,32 €). Dans ces recettes, j’ai apporté 380 €.

Les dépenses enregistrées sur le compte LCL sont de 1140 € soit les loyers du local 12 avenue Gabriel Peri de septembre à janvier 1000 € et des frais bancaires du LCL Associations pour 140 €

Par ailleurs, j’ai également réglé par avance pour l’association : 348€ de travaux pour le local (chèque de mon épouse), 950€ de matériel divers, 800 € pour les loyers de février à mai et demain 200 € de loyer pour le mois de juin… Soit un total cumulé avec les 380 € de 2678 €… En tant que premier donateur envers cette association, oui, j’entends et j’attends qu’elle puisse fonctionner.

Les 45 autres adhérents qui ont cotisé librement de 10 à 50 € l’attendent également ! Il est moralement inacceptable de bloquer cette association pour laquelle de nombreuses personnes ont exprimé la volonté de lancer une nouvelle dynamique.

AUTRE QUESTION : QUID DES COMPTES DE LA CAMPAGNE MUNICIPALE ?

J’ai eu le plaisir de re-publier, il y a quelques jours, la lettre de la Commission nationale indépendante qui contrôle les dépenses électorales ; je l’avais déjà montrée le 5 septembre 2014 lors de notre réunion de débriefing et je pensais cette question réglée.

Dans un compte de campagne, les recettes sont égales aux dépenses évidemment. Les Dépenses/Recettes déclarées sont de : 21120 €. Concernant les recettes, elles se composent de 18725 € de dons et 2395 € d’ « apport du candidat » selon le terme, dont 830 € me concernant.

Il faut y ajouter le paiement de la permanence inscrit comme un apport d’une formation politique de l’ordre de 15485,48 €. Je vous rassure, avec mon épouse, nous avons apporté un don de ce montant à l’UMP entre 2013 et 2014 (et précédemment hors campagne) afin de bénéficier de la déduction fiscale. Admettons donc qu’après déduction, cela nous a coûté 6000 € de notre budget personnel, feuille d’impôts à l’appui. Tout contribuable peut consulter une feuille d’impôts.

Une seule dépense n’a pas été validée par le CNCCFP, il s’agit des 170 € de galette des rois lors de notre réunion de janvier 2014. Cette dépense a été considérée comme liée à un événement interne. (60€ de croissant d’or, 17 € de Valvedhino, 30 € du trésor des saveurs, 48 € de la boulangerie voisine et 15 € du Moulin de Païou). Bref, si on déduit cela de l’apport du candidat, le total remboursable se calcule sur le montant suivant : 2225 €. En effet, les dons qui occasionnent un « reçu don » et une déduction fiscale ne sont pas remboursables ! Vous pouvez à ce propos lire la réglementation en vigueur.

C’est ainsi que la CNCCFP m’a donc remboursé 2225 € (et non 9000 € calculé sur 50% des dépenses mais sans tenir compte des reçus fiscaux que chacun a reçu….)

L’ensemble des candidats ayant contribué à la ligne comptable « apport du candidat » (il s’agit des candidats présents sur la liste après le dépôt des listes en préfecture) et qui ne pouvaient donc prétendre à un reçu fiscal ont convenu de vouloir remettre cette argent dans l’association. Exceptée, Joelle Bultez qui avait été, sur sa demande, remboursée de 250€ par le chèque CA 5953563 émis de mon compte pour lequel j’attends sa lettre de désistement puisque son adresse n’était pas la bonne (28 au lieu de 2B) et qu’elle n’a donc pas reçu. Un nouveau chèque est en attente de cette lettre de désistement depuis le 20 avril 2015.

Donc 2225 – 250 (bultez) – 830 = 1145 €… que j’ai reversé à Agir Pour Bezons. Je reste donc créditeur à ce jour de 1533 € de dons à l’association Agir pour Bezons !!!

Pour la campagne départementale, une seule candidate n’a pas contribué. Elle est de Bezons et donne beaucoup de leçons. J’ai donc été le principal financeur de cette campagne avec l’aide des candidats d’Argenteuil. Alain, Mandataire financier, a fait un remarquable travail et se tient à votre disposition pour vous en donner les détails. Pour info, j’ai fait un apport de 2520 €.

Puisque mes calomniateurs-inquisiteurs aiment l’argent, qu’ils attendent demain. J’ai comptabilisé ce que m’a coûté notre engagement à Bezons au service des autres ! Procédures, locations de permanences, etc… et cela bien entendu avec plaisir… A demain !

Publié dans EDITOS | 5 commentaires

JOUR 1 DE L’OPERATION MAINS PROPRES

Chers amis,

Je tiens tout d’abord à remercier toutes celles et tous ceux qui m’ont apporté leur témoignage de soutien mais surtout qui m’ont rapporté avec précision ce qu’Evelyne et Sophie diffusaient comme mensonges à mon endroit.

Ceci est d’autant plus décevant de la part d’une élue qui m’écrivait après avoir quitté mon groupe « Bonne réunion à vous, certainement à bientôt lors de CM ou autres toujours pour ma part dans la politesse, le respect et le calme suédois » (5 mai 2015) Quelle hypocrisie !

Je me souviens d’une autre élue qui me répétait sans cesse pendant la campagne municipale : « elle est socialiste, elle n’apporte rien ». Vous comprendrez mieux, ainsi, la force de rassembler, sur mon nom, 41% de Bezonnais à partir d’une équipe dont les plus en vue ne pouvaient pas se supporter. C’est pour ces raisons et pour rétablir la vérité que j’ai décidé de participer à la réunion du 5 juin prochain à 19h30, à l’école Karl Marx (prêtée par les communistes sans difficulté, y voyant là tout leur intérêt). Venez nombreux !

Je répondrai point par point à la calomnie et au mensonge. Trahir est contraire à mes valeurs, mentir me donne la nausée.

Vous souhaitez en savoir plus concernant ces comploteurs qui ont fomenté la scission de notre groupe politique à Bezons ? Cette semaine, lisez attentivement les informations que je vous communiquerai. Elles vous éclaireront pour mieux comprendre les motivations de leur choix et l’ignominie des fausses informations et mensonges qu’ils se délectent à faire circuler.

AUJOURD’HUI, PREMIERE QUESTION : OU SONT LES 500 € DE L’ASSOCIATION AGIR POUR BEZONS ?

L’heure est grave. En toute honnêteté, avec Jérôme, j’avais pensé qu’un avocat serait un bon profil pour tenir le secrétariat général de notre association (enregistrée et publiée au JO). Il n’en est rien !

Marc Mermoz, secrétaire général de notre association Agir pour Bezons, depuis le 28 avril 2015, détient chez lui l’argent des adhérents. Il leur a volé leur voix ! Sans doute a-t-il mieux à faire dans son cabinet du 8ème arrondissement !

Il refuse de payer Mme Kalpak et lui demande de résilier le bail avec des courrier pré-préparés, lui disant qu’il n’y a pas d’argent dans l’association et que le compte est fermé… alors qu’il retient près de 500 € ! C’est scandaleux. J’ai donc réglé par avance à l’association, 800 € correspondant aux loyers de l’association de février à mai 2015.

Lui qui a démissionné de son poste de Secrétaire Général veut aujourd’hui nous empêcher de fonctionner sous prétexte d’avoir reçu des cotisations illégales. Pire encore il menacerait de déposer plainte contre une association dont il n’a jamais rassemblé l’Assemblée Générale. Quelle moralité !

Je ne le reconnais plus comme Secrétaire Général, et en qualité de 1er donateur de l’association Agir pour Bezons avec 46 d’entre vous, j’ai décidé de reprendre en main, avec Jérôme et Marie, notre association afin d’honorer les engagements que nous avons.

J’ai appris que Mme Heyman, ni adhérente, ni contributrice, appelait nos adhérents en les menaçant et en leur demandant de ne pas venir à notre dernier BBQ. Pire encore, alors que nous étions 25 lors de ce BBQ (photos à l’appui), Sophie se rependrait en disant que nous n’étions que 7. Heureusement que le ridicule ne tue pas !

Je somme Monsieur Marc Mermoz, de rendre le chèque de banque qu’il a reçu du le LCL à son domicile, à notre Président Jérôme Ragenard. Qu’il nous rende notre argent et assume sa démission ! Nous ne voulons plus avoir à faire à lui.

Demain, suite des révélations !

Publié dans EDITOS | 2 commentaires

Quelle belle victoire pour la Droite et le Centre au Conseil départemental !

Mes chers amis,

Je tiens tout d’abord à féliciter la nouvelle majorité départementale et son Président Arnaud Bazin pour avoir conduit une magnifique campagne avec tous mes amis nouveaux Conseillers départementaux.

Je tiens ensuite à vous féliciter, Bezonnaises et Bezonnais, pour avoir mis fin à la présence du Parti Communiste au sein de ce Conseil et avoir infligé une défaite historique aux Communistes dans le canton de Bezons.

Nous arrivons troisièmes et apparaissons comme la seule force républicaine d’opposition à la majorité municipale hétéroclite. Dès à présent, nous prenons date pour obtenir en 2020 une victoire historique qui pousserait le Parti Communiste vers la sortie définitive.

A titre personnel avec 41% aux élections municipales et par ma contribution à la sortie du Parti communiste de ce canton, je pense avoir pris une part active à ce combat. D’autres engagements m’attendent, d’autres défis s’annoncent, particulièrement sur le plan professionnel.

J’ai souhaité que l’ensemble des militants, sympathisants et citoyens puissent se réunir le 11 avril prochain pour organiser l’action militante à Bezons.

En ce qui me concerne, je continuerai de siéger au Conseil municipal et au futur Conseil communautaire et garantir le plus possible le débat démocratique indispensable, car, parlons-en, tous les coups bas, toutes les intimidations, toutes les calomnies que j’ai subi s’étendent aujourd’hui à vous tous et à nos familles.

En ce week-end de Pâques et après l’avoir rencontrée samedi chez moi, rue Nicolas Louet, j’ai une pensée particulière pour la famille d’Abraham Bole, expulsée par les forces de l’ordre jeudi dernier d’un immeuble où règne en toute impunité la corruption, les trafics en tout genre et l’insécurité. Abraham était à jour de tous ses loyers.

Oui, le combat continue, car c’est lorsque l’ennemi commence à comprendre que son règne s’achève qu’il est capable du pire et de toutes les atrocités. De la famille Kalpak à la famille Bole, en passant par toutes les plaintes, tous les procès que j’ai subi avec ma famille, il n’y a qu’un pas vers l’éradication de notre pensée.

Je souhaite à toute l’équipe d’Agir pour Bezons de multiplier leurs efforts, de faire de sa permanence un lieu de résistance et que chacune et chacun puisse propager la parole de la liberté. 

J’informerai dans les prochains jours, nos instances politiques de l’UMP, de l’UDI et du Modem pour qu’elles vous aident à faire connaitre les difficultés que vous subissez.
En ce jour, si important pour nous tous, je voulais vous adresser ce message, vous assurer de ma confiance pour les entreprises que vous mènerez et de mon soutien lorsque vous le jugerez utile.

Avec la sortie de mon livre sur la réforme territoriale, je vais être amené pendant trois mois, à parcourir le pays pour apporter ma contribution au débat public qui commence, celui des grandes réformes dont notre pays a besoin.

Courage à toutes et à tous, la lutte continue.  Amitiés,

 Olivier REGIS

Publié dans EDITOS | Laisser un commentaire